Actualités

Guide de la transition TEVA pour les personnes présentant une DI profonde

La transition de l’école vers la vie active est une étape très importante au cours d’une vie. Chaque jeune doit passer par cette transition cruciale vers la vie adulte, dont les personnes qui vivent avec une DI ou un TSA. C’est pourquoi le Guide TEVA a été conçu. Le RODITSA s’est d’ailleurs penché sur ce processus lors d’un article précédent (https://roditsamauricie.org/actualites/transition-ecole-vie-active/).

En avril dernier, Camille Gauthier-Boudreault, du Programme de recherche en sciences de la santé de l’Université de Sherbrooke, a fait naître dans le cadre de son programme d’étude doctorales « Guide de la transition de l’école vers la vie active pour les personnes présentant une déficience intellectuelle profonde ».

Un rappel de la TEVA

Afin de saisir adéquatement l’objectif de ce programme, il convient de se remémorer en quoi consiste la TEVA. Il s’agit donc de la transition entre la fin de la fréquentation scolaire d’un jeune et le début de sa vie en tant qu’adulte et des occupations qu’il occupera au cours de celle-ci. Plus la démarche est amorcée tôt, plus le jeune pourra se préparer vers ce passage important. En effet, il est conseillé de débuter au moins trois ans avant la l’arrêt de la fréquentation scolaire et de procéder à une révision chaque année. Bien que cette démarche soit pertinente pour tous, ce guide mettra l’accent sur les personnes présentant une déficience intellectuelle profonde.[1]

La planification de la transition

La transition débute vers 16 ans, avec la participation de plusieurs acteurs, dont les parents du jeunes, l’intervenant pivot scolaire, le jeune en question, et les partenaires impliqués. Il est primordial de prendre comme orientation de base les champs d’intérêts de la personne. Celle-ci passera par trois phases durant la transition : la phase d’exploration, la phase de personnalisation et la phase de concrétisation.[2]

Phase d’exploration

Cette phase est la première de la transition. Elle débute par la création de fiches ressources qui aideront les parents à mieux comprendre trois changements importants d’un jeune vers la vie adulte, soit « le transfert des services de santé pédiatriques vers les services pour adultes, les régimes de protection et l’obtention de la solidarité sociale »[3]. Les fiches pourront ainsi regrouper une panoplie d’informations pertinentes en un seul point de repère. Leurs remises devraient s’effectuer dès le début de la démarche TEVA.[4]

La phase d’exploration se poursuit ensuite avec l’identification du projet de vie du jeune. Pour se faire, il est important de bien cibler ses champs d’intérêts, ses forces et ses difficultés. Il est aussi pertinent de laisser la famille valider et modifier la grille d’observation de la personne au besoin pour s’assurer qu’elle soit totalement représentative de la réalité. Afin de permettre au jeune d’identifier ses champs d’intérêts, il est important de lui permettre d’expérimenter de nouvelles activités en communauté.[5]

Il est aussi important de ne pas négliger que la transition TEVA est une étape majeure pour les parents de la personne qui présente une DI profonde. Ces derniers peuvent avoir besoin d’un soutien psychologique afin de bien cheminer au cours de ce processus.[6]

Phase de personnalisation

La phase de personnalisation se définit avec l’élaboration d’objectifs d’intervention en tenant compte le plus possible des préférences du jeune afin de mieux guider la planification de sa transition.[7]

Lors du choix du milieu d’accueil du jeune à l’âge adulte, il est fort recommandé pour la famille et la personne concernée de visiter les lieux au préalable. Si les parents ressentent le besoin d’être accompagnés au moment des visites, il est possible de demander la présence d’un professionnel de la santé par exemple.[8]

Phase de concrétisation

Afin de bien préparer la transition de la personne à partir de ses 21 ans et les interventions qui seront nécessaires, les intervenants des centres d’activités de jour qui l’accueilleront sont invités à procéder à l’observation du jeune au préalable.[9]

Afin d’éviter le plus de stress possible, il est important que l’intégration dans le nouveau milieu se fasse graduellement. Par exemple, la personne peut aller passer un peu de temps dans son futur centre d’activités de jour afin de se familiariser avec l’endroit avant la transition.[10]

Afin de rendre plus facile le transfert des services de santé pédiatriques vers les services pour adultes, il est recommandé que les professionnels de la santé qui sont précédemment intervenus dans la vie du jeune résument les informations pertinentes à son sujet. Cela aura pour effet de rendre plus efficace la transition des services pour le jeune et sa famille.[11]

Bref, le Guide de la TEVA pour les personnes présentant une DI profonde est un excellent moyen pour les jeunes et leur famille de vivre graduellement cette grande étape vers la vie adulte. Le document présente également en annexe plusieurs versions de fiches ressources et de listes d’actions à poser afin de concrétiser les exemples mentionnés antérieurement.

Pour consulter le guide, il est possible de se rendre à l’adresse suivante : https://www.iuplsss.ca/clients/SanteEstrie/Sous-sites/Centres_de_recherche/IUPLSSS/Salle-de-presse/Actualites/2021/Guide_de_transition_D%C3%A9ficience_intellectuelle_profonde_Fran%C3%A7ais.pdf.

De plus, dernièrement, Joanie Lalonde-Piecharski, notaire, a lancé un livre sur le passage des personne DI-TSA à la vie adulte. Il se nomme « Au-delà des dix-huit ans » et il est possible de se le procurer chez votre libraire depuis le 8 septembre 2021 ou en ligne à l’adresse suivante : https://www.renaud-bray.com/Livres_Produit.aspx?id=3489172&def=Au-del%C3%A0%20des%20dix-huit%20ans%2CLALONDE-PIECHARSKI%2C%20JOANIE%2C9782896440450&fbclid=IwAR0VqnLopNr2fdgDje9CdVK6oIzKtL_nutVGvDMs7OOY0BVtnLSEnbayO80.

[1] Camille GAUTHIER-BOUDREAULT, Guide de la transition de l’école vers la vie active pour les personnes présentant une déficience intellectuelle profonde, Université Sherbrooke, 2021, p.5.

[2] Préc. Note 1, p.6 et 7.

[3] Préc. Note 1, p.8.

[4] Idem.

[5] Préc. Note 1, p.9 et 11.

[6] Préc. Note 1, p.12.

[7] Préc. Note 1, p. 13.

[8] Idem.

[9] Préc. Note 1, p.14.

[10] Préc. Note 1, p.15.

[11] Préc. Note 1, p.16.


Voir toutes les actualités
Réalisé avec le soutien financier de Office des personnes handicapées - Québec