Actualités

La prévention du suicide chez les personnes ayant une DI ou un TSA

Le suicide n’est pas un sujet facile à aborder. Lorsqu’il touche quelqu’un, une panoplie de questions peuvent surgir. On peut se demander pourquoi, quels étaient les signes précurseurs, ou encore qu’aurait-il fallu faire pour le prévenir. Le suicide est susceptible de toucher toute la population, de même que les personnes qui présentent une DI ou un TSA. Des recherches ont même démontré que les comportements suicidaires sont autant sinon plus présents chez les personnes présentant une DI ou un TSA que chez la population générale[1]. Plus précisément, une étude québécoise, parue en 2017, démontre que « les jeunes de moins de 25 ans ayant un TSA ont un taux de suicide deux fois plus élevé que les jeunes de la population générale. »[2] Ces faits font preuve de l’urgence d’aborder le sujet et de donner les outils nécessaires aux gens afin de le prévenir.

Cécile Bardon et son équipe du Centre de recherche et d’intervention sur le suicide et l’euthanasie (CRISE) ont ressenti ce besoin et ont fait naître le processus AUDIS (autisme, DI, suicide). Il s’agit « d’un processus de soutien à la décision clinique pour prévenir le suicide chez les personnes ayant une déficience intellectuelle (DI) ou un trouble du spectre de l’autisme (TSA). »[3] Bien que le programme vise plus particulièrement les intervenants, il demeure pertinent pour tous afin d’apprendre davantage sur la façon de détecter et de prévenir les comportements suicidaires chez une personne DI-TSA. Le processus contient quatre principales composantes : comprendre le risque suicidaire, repérer une personne à risque, gérer l’épisode suicidaire et réduire le risque suicidaire.[4]

Dans un autre document, madame Bardon donne aussi de nombreux exemples d’indices à observer afin de repérer les personnes à risque. En voici donc quelques-uns :

  • Confusion, difficulté de concentration
  • Humeur changeante, irritabilité, sentiment d’incompétence, insatisfaction
  • Isolement, demande d’aide accrue, amplification des comportements habituels
  • Apparition ou aggravation de troubles physiques, dégradation du sommeil, niveau d’énergie
  • Découragement, refus de l’aide offerte[5]

 

Bien entendu, cette liste n’est pas exhaustive et l’apparition d’un ou de quelques symptômes ne signifie pas que la personne est susceptible de passer à l’acte. Il est toutefois important de rester vigilant.

Lorsqu’une personne est susceptible de se trouver en situation de crise, des comportements sont à éviter au moment du recueil d’informations :

  • Ne pas mettre des mots dans sa bouche, de suggérer des idées ou de désapprouver les pensées suicidaires « (ex : As-tu pensé au suicide pour arrêter de souffrir?) »[6] ou « (ex : j’espère que tu ne penses pas au suicide) »[7]
  • Éviter de poser trop de questions, car cela pourrait couper le fil de pensée de la personne
  • Ne pas faire culpabiliser la personne[8]

 

Encore une fois, cette liste ne comprend pas tous les comportements à adopter lors d’un recueil d’informations auprès d’une personne qui est susceptible d’avoir des pensées suicidaires. Afin de démontrer des situations possibles, le document contient des exemples d’études de cas qui peuvent mieux illustrer en quoi consiste les comportements d’une personne DI ou TSA dans ce genre de situation ainsi que les interventions selon le cas.[9]

Stratégie prévention suicide DI-TSA

Madame Cécile Bardon et son équipe du Centre de recherche et d’intervention sur le suicide et l’euthanasie (CRISE) ont également fait naître la Stratégie innovante de mobilisation des connaissances en prévention du suicide chez les personnes ayant une DI ou un TSA : collaborer avec le réseau pour améliorer les services. Ce projet s’est tenu entre 2018 et 2020 en partenariat avec les directions DI-TSA de CIUSSS et de CISSS.

La stratégie « vise à développer, implanter et évaluer une stratégie novatrice de mobilisation des connaissances associées au Processus AUDIS afin de permettre aux milieux intéressés de s’approprier les outils et les pratiques de prévention du suicide. »[10] Le projet s’est déroulé en trois phases, la première étant le développement de la stratégie. Elle a ensuite été implantée au cours d’une période de six mois. La dernière phase, soit l’évaluation de la stratégie, constitue la recherche du projet. Plus précisément, « elle vise spécifiquement à évaluer l’utilisation de la stratégie de mobilisation des connaissances en prévention du suicide et de ses effets sur les connaissances, les croyances et les comportements de prévention du suicide des équipes participantes. »[11] Au cours de cette phase, des questionnaires, des entrevues et des groupes de discussion ont eu lieu avec des participants afin de recueillir des données qui pourront aider à l’amélioration de la stratégie. Ces données sont d’ailleurs disponibles sous forme de tableau à même la stratégie.[12]

Les résultats ont démontré que les participants se sont sentis mieux outillés suite à la formation afin de mieux comprendre et soutenir les pratiques de prévention du suicide. Lors de l’étape post-test du projet, la majorité des gestionnaires définissent le processus AUDIS « comme l’ensemble d’outils le plus utilisé dans leurs équipes. »[13]

Bien que la documentation sur la prévention du suicide chez les personnes présentant une DI ou un TSA soit peu nombreuse encore à ce jour, il est possible de remarquer une augmentation du nombre d’études sur le sujet. Il est primordial de continuer à travailler sur la façon de détecter les personnes en détresse et ainsi prévenir le passage à l’acte. Certes, le suicide n’est pas un sujet facile à aborder, mais la prévention de celui-ci demeure essentielle au bien-être de tous.

[1] Bardon, C., Morin, D., & Millette, L. (2020). Stratégie innovante de mobilisation des connaissances en prévention du suicide chez les personnes ayant une DI ou un TSA : collaborer avec le réseau pour améliorer les services. Centre de recherche et intervention sur le suicide, enjeux éthiques et pratiques de fin de vie & Chaire de déficience intellectuelle et troubles du comportement. http://ditsasuicide.ca/wp-content/uploads/2020/12/DITSA-Suicide-mobilisation-connaissances-rapport2020-fr.pdf.

[2] Idem.

[3] PROCESSUS AUDIS « Processus AUDIS: un processus de soutien à la décision clinique pour prévenir le suicide chez les personnes ayant une déficience intellectuelle (DI) ou un trouble du spectre de l’autisme (TSA). », (En ligne), https://ditsasuicide.ca/#:~:text=Le%20suicide%20chez%20les%20personnes,le%20risque%20%C3%A0%20long%20terme.

[4] Idem.

[5] PROCESSUS AUDIS, « Intervenir avec une clientèle DI-TSA en contexte de crise suicidaire », (En ligne) https://cps-lanaudiere.org/wp-content/uploads/2019/11/C%C3%A9cile-Bardon-Atelier-presentation-CPS-lanaudi%C3%A8re.pdf.

[6] Idem.

[7] Idem.

[8] Idem.

[9] Idem.

[10] Préc. Note 1.

[11] Préc. Note 1.

[12] Préc. Note 1.

[13] Préc. Note 1.


Voir toutes les actualités
Réalisé avec le soutien financier de Office des personnes handicapées - Québec