Actualités

L’adaptation scolaire pour les personnes vivant avec un handicap

De plus en plus, le sujet de la rentrée scolaire préoccupe et suscite beaucoup d’interrogations. Le déroulement de cette année sera certainement différent qu’à l’habitude, mais nous arriverons à nous adapter à cette situation particulière, comme nous le faisons déjà depuis plusieurs mois. Le plan de cette rentrée en classe a déjà été établi et nous savons de plus en plus à quoi nous attendre. Dans ce tourbillon de changements, une chose reste toujours aussi importante : l’inclusion des enfants à besoins particuliers dans nos établissements scolaires. L’adaptation scolaire est un sujet d’actualité depuis de nombreuses années déjà, mais nos efforts actuels suffisent-ils à ce que ces jeunes se sentent totalement intégrés parmi leurs pairs? Il reste certainement du chemin à faire pour que ce but soit atteint.

Politique de l’adaptation scolaire de 1999

Une politique à cet effet a été instaurée il y a déjà une vingtaine d’années. Il s’agit de la  Politique de l’adaptation scolaire – Une école adaptée à tous ses élèves [1]. Encore aujourd’hui, les établissements d’enseignement se basent sur cet écrit pour mettre en œuvre leur plan d’adaptation scolaire. Cette politique a pour objectif « d’aider l’élève handicapé ou en difficulté d’adaptation ou d’apprentissage à réussir sur le plan de l’instruction, de la socialisation et de la qualification. »[2]  Un des objectifs poursuivi était d’inclure ces élèves dans les classes ordinaires. Il était donc important de trouver un moyen d’adapter ces classes pour tous. Cet objectif de taux d’intégration a relativement bien été intégré au préscolaire et au primaire. Malheureusement, au moment d’instaurer la politique, il y avait un manque à cet égard au niveau secondaire. Toutefois, il importe que les élèves du secondaire puissent, eux aussi, être intégrés au reste de l’école pour aider à leur socialisation et pouvoir réussir un parcours scolaire dans le but de se qualifier pour une intégration professionnelle par la suite. Pour bien pouvoir évaluer les besoins des étudiants, il est primordial de mettre l’accent sur la prévention des difficultés et la façon de les corriger. Déjà, au moment de la parution de la politique, l’arrivée de nouvelles technologies venait changer les moyens de communications et d’informations[3]. Évidemment, la technologie que nous connaissons aujourd’hui n’a rien à voir avec celle évoquée il y a plus de vingt ans. Cela prouve que certains aspects de la politique auraient besoin d’un rafraîchissement pour s’adapter à la réalité que nous vivons présentement.

D’ailleurs, pour tenter de remédier à ce besoin de mise à jour, il s’est tenu au début de cette année une pétition pour requérir une évaluation de la mise en place de la Politique de l’adaptation scolaire[4]. Pour l’instant, cette mise à jour se fait toujours attendre.

Selon cette même politique, une des façons de parvenir à l’adaptation scolaire est de former des objectifs clairs et concrets concernant les aspects désirés[5]. Cependant, il devient de plus en plus difficile de définir clairement ces objectifs en se basant sur une politique datant de 1999. C’est pourquoi des précisions ont été apportées par le biais d’un nouveau programme éducatif, en 2019.

Le programme éducatif CAPS-I

Ce nouveau programme publié en 2019 vise les élèves de 6 à 15 ans qui vivent avec une déficience intellectuelle de moyenne à sévère. Cependant, il est spécifié que le programme peut être utilisé pour tous les types d’étudiants. Il a également été conçu pour devenir une source de repère pour les intervenants scolaires. Dans le même optique que la politique de l’adaptation scolaire de 1999, la mission des établissements d’enseignements est « d’instruire, de socialiser et de qualifier tous les élèves, y compris ceux qui présentent une déficience intellectuelle. »[6] La participation sociale des élèves importe aussi, c’est pourquoi l’autodétermination est mise de l’avant. Autrement dit, il est important que l’enfant puisse prendre ses propres décisions sans influence, ayant acquis les habiletés requises pour le faire. Lorsque vient le temps d’établir un plan d’intervention, la direction de l’école le prépare en collaboration avec les parents, l’élève et le personnel scolaire concerné. L’épanouissement de l’enfant sur le plan scolaire et social reste l’objectif principal de ce programme[7].

Le programme éducatif CAPS-II est à suivre prochainement. Ce dernier visera un groupe d’âge plus avancé, soit les personnes âgées de 16 à 21 ans[8].

Loi sur l’instruction publique

La Loi sur l’instruction publique[9] est la principale loi ayant guidé la Politique de l’adaptation scolaire[10] et le Programme éducatif CAPS-I[11]. Elle « précise les règles générales s’appliquant aux services de l’éducation préscolaire, de l’enseignement au primaire et de l’enseignement au secondaire. »[12] Cette loi a permis de baliser les droits et les obligations des différentes sphères du système éducatif au Québec, aidant ainsi à la création de politiques et de programmes venant préciser la marche à suivre pour rendre les établissements scolaires inclusifs pour tous.

Il reste encore du chemin à faire pour que le système scolaire québécois soit totalement inclusif et permette l’épanouissement complet de tous les étudiants en faisant parti. C’est pourquoi il demeure primordial de favoriser l’application de ces programmes conçus à cet effet. Nous avons tous droit à l’inclusion sociale, professionnelle et scolaire et nous devons continuer de penser nos programmes éducatifs en prenant en compte chaque personne incluse dans celui-ci.

[1] GOUVERNEMENT DU QUÉBEC – MINISTÈRE DE L’ÉDUCATION, « Politique de l’adaptation scolaire – Une école adaptée à tous », 1999, (En ligne), file:///C:/Users/droit/OneDrive/Bureau/Adaptation%20scolaire/Politique%20de%20l_adaptation%20scolaire.pdf .

[2] ÉDUCATION ET ENSEIGNEMENT SUPÉRIEUR – QUÉBEC, « Adaptation scolaire », (En ligne), http://www.education.gouv.qc.ca/enseignants/aide-et-soutien/adaptation-scolaire/#:~:text=La%20politique%20de%20l’adaptation,socialisation%20et%20de%20la%20qualification..

[3] Préc. Note 1.

[4] ASSEMBLÉE NATIONALE DU QUÉBEC, « Évaluation de la mise en place de la politique de l’adaptation scolaire », 2020, (En ligne), https://www.assnat.qc.ca/fr/exprimez-votre-opinion/petition/Petition-8163/index.html .

[5] Préc. Note 1.

[6] GOUVERNEMENT DU QUÉBEC – MINISTÈRE DE L’ÉDUCATION ET DE L’ENSEIGNEMENT SUPÉRIEUR, « Programme éducatif CAPS-I », 2019, (En ligne), file:///C:/Users/droit/OneDrive/Bureau/Adaptation%20scolaire/Programme%20mis%20%C3%A0%20jour%202019.pdf .

[7] Idem.

[8] Idem.

[9] Loi sur l’instruction publique, RLRQ, c. I-13.3.

[10] Préc. Note 1.

[11] Préc. Note 6.

[12] GOUVERNEMENT DU QUÉBEC – ÉDUCATION ET ENSEIGNEMENT SUPÉRIEUR, « Cadre légal et réglementaire », (En ligne), http://www.education.gouv.qc.ca/etablissements-scolaires-publics-et-prives/administration/ecoles-privees/cadre-legal-et-reglementaire/ .


Voir toutes les actualités
Réalisé avec le soutien financier de Office des personnes handicapées - Québec