Actualités

L’APEVAH des Chenaux

Une toute nouvelle série sur le blogue! Apprenez à connaître les organismes membres du RODITSA dans cette série d’entrevues. Rétrospectives, défis, moments phares; nos membres ont beaucoup à raconter et bâtissent quotidiennement un monde meilleur pour les personnes présentant une DI ou un TSA et leur famille. Cette semaine, place à : l’APEVAH Des Chenaux.

La semaine dernière, nous avons eu la chance de nous entretenir avec Manon Germain, technicienne en travail social, œuvrant dans la coordination de l’APEVAH Des Chenaux (https://apevah.com/). Grâce à elle, nous pouvons dresser un joli portrait de cet organisme qui mérite d’être connu.

Qu’est-ce que l’APEVAH des Chenaux?

C’est en 1981 que l’APEVAH des Chenaux est créé, suite à un recensement qui décèle une trentaine de personnes vivant avec un handicap physique sur le territoire. Les fondateurs ont décidé de combler le besoin d’organiser le loisir des personnes ayant un handicap physique. Les usagers avaient la chance de participer à des activités comme des voyages et des conférences et, par le fait même, la population a pu commencer à se sensibiliser à la situation particulière des gens présentant un handicap physique. De sa création jusqu’en 2014, l’organisme porte le nom de l’ALPHA des Chenaux (Association Locale des Personnes Handicapées des Chenaux).

En 1986, leurs services deviennent plus larges et incluent maintenant les personnes présentant une déficience intellectuelle. Au départ, la moyenne d’âge des participants tourne autour de 60 ans. Toutefois, avec l’arrivée de personnes ayant une déficience intellectuelle ou un trouble du spectre de l’autisme, l’âge moyen devient plus varié et on retrouve des personnes entre 21 et 60 ans.

Les services présentement offerts par l’APEVAH consistent à de l’accompagnement pour diverses raisons, comme lors d’activités de l’association, ou encore lors de demandes de services offerts par le CIUSSS ou le Centre local d’emploi. L’organisme offre aussi des formations en accompagnement afin de s’assurer que les bénévoles accompagnateurs soient correctement outillés, ainsi que des ateliers d’intégration sociale en partenariat avec la Commission scolaire du Chemin-du-Roy, trois fois par semaine. De plus, d’autres ateliers de création sont offerts du lundi au vendredi. Chaque semaine, des activités de loisir ont lieu, offrant ainsi la possibilité aux usagers de se divertir en compagnie d’autres personnes dans une situation semblable et de socialiser.

Un camp de jour estival ayant lieu trois jours par semaine s’est ajouté aux nombreuses activités déjà offertes par l’association. Les participants ont la chance de s’adonner à de nombreux loisirs et sorties qui s’adaptent aux goûts de chacun, leur permettant ainsi de pouvoir se divertir avec leurs pairs.

Dans le but de sensibiliser la population à la réalité des personnes présentant un handicap, l’association possède des plateaux de travail qui offrent des services comme des vœux personnalisés, afin de conscientiser la société à l’importance de l’inclusivité sociale et aux grandes capacités des participants.

S’adapter en temps de pandémie

Comme nous tous, l’APEVAH des Chenaux a dû s’adapter à la situation actuelle et aux restrictions qui s’imposent. Les activités et le camp de jour ont donc été annulés durant cette période. Néanmoins, du télétravail a quand même pu être accompli et des appels hebdomadaires de courtoisie ont été fait auprès des participants pour assurer un bon suivi et leur bien-être en temps de confinement. De cette façon, les liens n’ont pas été rompus et du support a quand même pu être prodigué auprès des participants.

Une approche unique

L’APEVAH des Chenaux a su relever le défi de faire cohabiter des personnes avec différents handicaps faisant partie de différentes tranches d’âges. En effet, l’organisme tient à ne pas séparer les participants en fonction de leurs différences. Le but est de les inviter à s’aider en fonction de leurs capacités. Par exemple, une personne ayant une déficience intellectuelle peut avoir les aptitudes de faire certains actes que quelqu’un avec un handicap physique n’est pas en mesure d’accomplir. Cela permet aux usagers de s’entraider et de créer des liens avec des gens différents. C’est aussi une bonne façon d’aider les personnes ressources qui s’occupent d’eux. L’APEVAH a prouvé que cette méthode est efficace, démontrant ainsi que les répits multi handicaps sont possibles et réalisable avec les efforts nécessaires. En souhaitant que cette méthode inspire plusieurs autres organismes à pratiquer cette même philosophie inclusive.

Lorsque nous avons abordé l’acceptation et l’inclusion des personnes ayant un handicap au sein de la municipalité, L’APEVAH a apporté un point de vue intéressant. En effet, comme l’organisme est situé en milieu rural, la population qui s’y trouve est moins nombreuse qu’en ville. Par conséquent, les habitants qui y vivent se connaissent relativement tous. Il devient donc plus difficile de porter un jugement péjoratif sur une personne que nous côtoyons quotidiennement. La différence de chacun devient donc une normalité avec laquelle les citoyens sont habitués de composer. En somme, cela a pour effet de faciliter l’inclusion sociale des gens présentant un handicap physique ou intellectuel. Cette réflexion apporte à réfléchir sur la raison de la difficulté de l’inclusion sociale. Si nous incluons de plus en plus la diversité parmi nous, il sera plus facile d’atteindre l’inclusion sociale complète de ceux qui présentent un handicap.

Aujourd’hui, l’APEVAH des Chenaux compte 53 membres vivant avec un handicap et 45 membres supporteurs. Le chemin parcouru par cet organisme communautaire est impressionnant. Il a su développer une excellente inclusivité au sein de ses participants avec une approche particulière et innovante. L’APEVAH continue d’évoluer de jours en jours, offrant ainsi les meilleurs services dans l’intérêt de ses participants. L’organisme a su créer des liens entre ses usagers qui ont appris à vivre avec leurs différences et celles des autres. Le travail de ses bénévoles et du personnel qui y œuvre doit également être salué et reconnu de tous. Grâce aux organismes comme l’APEVAH des Chenaux, des personnes vivant avec un handicap ont la possibilité de se créer un cercle social et de faire des activités régulièrement.


Voir toutes les actualités
Réalisé avec le soutien financier de Office des personnes handicapées - Québec